Catégories
Chroniques

Bertrand Belin – Hypernuit

Troisième opus solo du poétique touche à tout « Bertrand Belin« , « Hypernuit » nous a comme qui dirait donné du fil à retordre ! En effet cet élégant album à l’esthétique impeccable nous a poussé à nous poser la question suivante : « Faut-il laisser le son prendre le pas sur le sens des mots ? »

Mais pourquoi cette obscure interrogation, nous y reviendrons plus tard ! Pour le moment parlons plutôt de Bertrand et de sa musique … Nous devons d’abord avouer avoir découvert ce personnage emblématique de la scène française avec Hypernuit … c’est donc avec 20 ans de retard (la faute à l’age tout de même) que nous nous sommes plongés dans ce parcours musical long comme le bras …  Après avoir collaboré, composé et écrit pour nombre d’artistes français comme Nery, Bénabar ou encore Olivia Ruiz, il n’a abordé une carrière solo qu’au bout de 15 ans avec un premier album maturé au titre éponyme sorti en 2005 puis « La perdue » en 2007 …

Esthétique, élégant et équilibré voilà les adjectifs les plus adéquats pour définir l’univers musical de cet auteur compositeur à part.  Il y a dans cet ensemble de notes une somme d’héritages précieux, celui de Bashung évidement, ce serrait difficile de passer à côté, mais aussi, ceux de tous ces artistes qui ont fait les lettres de noblesses de la chanson française durant les années 60 et 70 … Mais alors pourquoi, pourquoi cette méchante question … c’est que lorsque nous nous sommes penché sur les textes, il y a eu comme un petit vent froid dans nos cortex …

Certes la musicalité des rimes, l’élégance du phrasé touche à coup sur l’oreille distraite, mais il nous est difficile de percer le sens de sa prose, rares sont les chansons durant lesquelles nous avons su garder le fil … Il semble donc que Bertrand Belin ait choisi la musicalité du verbe au détriment du sens, ce qui peut se comprendre mais aussi en gêner plus d’un !

Alors c’est du quitte ou double, c’est une affaire de coup de cœur essayez donc pour voir, car il est probable que la sonorité l’emporte sur le sens à vos oreilles. Cartésiens s’abstenir !

Label : Cinq7 – Sortie : septembre 2010

1 réponse sur « Bertrand Belin – Hypernuit »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *