Catégories
Chroniques

Ahamada Smis – Etre

« Etre » ; ce sont les quatre lettres lourdes de sens du titre de ce premier album de Ahamada Smis.

Etre, synonyme de exister ; comme pour dire qu’il en est un à part entière.

Etre, comme pour graver dans les sillons l’aboutissement d’une déjà longue carrière de chanteur.

Dés 1989, Ahamada  Smis, marseillais d’origine comorienne, commence à rapper à coté des anciens du vieux port ; il participe à de nombreux concerts, puis en organise lui-même (festival Hip Hop Culture à la mythique Friche Belle de Mai) ; il apparaît sur plusieurs compiles ; pose sur l’album du 3e Œil, Avec le Cœur ou Rien ; sort un maxi en 2001 « Gouttes d’Eau », sur le label qu’il a créé, Colombe Records ; et enfin concrétise tout ça avec ce LP en 2010, toujours sur Colombe Records.

Dés le premier morceau, on comprend qu’il n’a pas fait un cd de rap ; pour deux raisons ; d’abord, il ne rappe quasiment pas, il chante, il slamme, il parle ; ensuite parce qu’il s’est entouré de musiciens (dont Ulrich Edorh qui l’accompagne à la batterie quasiment tout le long), et non d’une boite à rythmes.

Ce serait difficile de qualifier cet album tant les styles et influences sont divers. Ca sonne très pop dans « Etre », hip hop dans « Ma vie un jazz », jazzy dans « Kinshasa » ; le tout mélangé avec des instruments traditionnels africains.

Il ne fait pas que varier sa musique, il varie aussi ses textes, allant de la rêverie poétique, au simple récit, en passant par des tirades plus engagées.

Ses plus gros défauts sont là. C’est qu’on s’y perd un peu dans ce méli mélo ; on a du mal à le suivre. A trop vouloir expérimenter, il finit par nous semer au lieu de nous accompagner dans son univers. De plus, musicalement, le tout manque de pêche, le rythme de base étant toujours le même, malgré l’incorporation de divers instruments.

Par contre, les collaborations sont très bonnes ;  Bawuta Kin et Deborah sur « Kinshasa », Isiah Shaka dans « Vivre », Soultoine dans « Hama Beigné » et surtout, les géniaux membres du Staff Benda Bilili qui font de « Racines » le meilleur titre de cet opus.

C’est donc un peu déçu et lassé que je termine cette écoute. C’est dommage car le personnage est attachant, la volonté y est, l’originalité aussi. J’espère « Etre » plus touché la prochaine fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *